Réchauffement climatique ?  Effet de serre ?
       ou Pourquoi la température de la Terre évolue en permanence ?

"Le réchauffement climatique ?" : chaque fois qu' il fait un peu chaud à Paris ou qu'une catastrophe naturelle nous tombe du ciel, la machine médiatique s'emballe, confondant allégrement climatologie de la planète et météo locale ponctuelle, les politiciens et experts de tout poil envahissent les plateaux de télé pour expliquer que tout ça est de la faute du brave citoyen et qu'il est temps de lever une nouvelle taxe pour le moraliser.
Tout aussi régulièrement les plus grands chefs des Etats du monde se réunissent pour parler du fameux "Réchauffement Climatique à cause de l'effet de serre du gaz carbonique ! ".

Difficile de stopper tous les autres dégâts écologiques majeurs causés actuellement de manière certaine par l'homme, tels l'extinction massive de toutes les espèces animales sauvages terrestres et marines vivantes sur la planète ou la destruction systématique de tous les habitats naturels sur l'écorce terrestre, de l'air respirable et de l'eau buvable.
Mais tel l'arbre qui cache la forêt on ne parle que du fameux "réchauffement" qui pourtant n'est lui qu'un élément potentiel noyé dans la longue liste de nos méfaits réels.
Les causes fondamentales de tous les dégâts sont connues:
- l'exponentielle croissance de la population humaine sur une bonne vieille boule bleue aux dimensions et aux ressources non extensibles. ( la population a triplé depuis ma naissance, mais la taille de la Terre est toujouts la même ! )
- la surenchère dévorante de la société de consommation à laquelle tous les terriens aspirent, y compris naturellement les plus nombreux, ceux qui n'ont pas encore accès au progrès.

Comme il est "politiquement délicat" d'attaquer la démographie ou l'aspiration au progrès, on fait de beaux discours alarmistes et moralisateurs sur le sujet bateau du climat, des promesses sans lendemain sinon celle de se retrouver entre grands chefs responsables, dans des palaces de Bali ou Marrakech, à la nouvelle COP l'année suivante, pour en reparler...
 

Puisque aujourd'hui Ecologie se résume à " réchauffement climatique  et gaz carbonique"  j'ai voulu découvrir tout ce qui faisait vraiment varier la température de notre bonne vieille Terre.   
J'ai trouvé un certain nombre de causes regroupées en deux catégories principales:
- Celles liées à l'astre solaire dont la chaleur reçue dépend de la distance qui nous en sépare et de la virulence de son foyer.
- Celles plus locales liées à la composition de l'atmosphère terrestre dont les caractéristiques évoluent en fonction principalement des volcans, des océans et depuis peu de l'activité humaine.
Il apparait que le changemement climatique est un phénomène permanent, refroidissement et réchauffement climatique alternent depuis la nuit des temps. Dans ce ballet le gaz carbonique n'est qu'un élément parmi beaucoup beaucoup d'autres.

   

Pour faire simple disons que la température ressentie sur Terre dépend :
1.  de la distance à laquelle nous nous trouvons de la source de chaleur - ici le soleil - ( cycles longs )
2.  de la vigueur des flammes - ici l'activité solaire - ( cycles courts ),
3. des vêtements que l'on porte - ici la composition des gaz qui entourent la Terre - ( effet de serre ).

 Sur les 2 premiers points l'homme n'a aucune influence.
Sur le point 3: avec toutes les cochonneries que nous balançons dans l'air, au point par endroit  de ne plus pouvoir respirer, nous jouons un rôle difficilement quantifiable.

 ______________________________________________________________________________________________________________________


Evolution climatique liée au soleil

Elle est de deux ordres:

 
I.         Les Cycles longs
            
Variations de l'orbite terrestre et de l'inclinaison de son axe de rotation, donc de la  distance et de l'inclinaison par rapport au rayonnement
            solaire émis. Ces variations se produisent suivant des cycles imbriqués plus ou moins longs, dits "cycles de Milankovitch ".
            Ils sont les principaux responsables de l'alternance des périodes glaciaires.  

II.       Les cycles courts
             
Variations de l' activité solaire et du rayonnement émis. Ces variations se produisent suivant un cycle court d'approximativement 11 ans
             ( cycle de Schwabe ).
              Ils font partie des éléments de variations climatiques, tels le petit âge glaciaire médiéval qui a pris fin il y a 150 ans.

___________________________________________________________________________________________________________________

 I.    Les Cycles longs 
      Distance et inclinaison par rapport au rayonnement solaire émis.

Les variations de températures à long terme connues sous le nom de " Cycles de Milankovitch " dépendent de 3 paramètres:
Variations de la forme de l'orbite elliptique que décrit la terre autour du soleil. (excentricité)
Variations de l'inclinaison de l'axe de la terre. (obliquité)
Variations liées à l'effet toupie de l'axe de notre terre, qui n'est pas parfaitement ronde. (précession)

La combinaison de ces 3 paramètres imbriqués est principalement responsable des différents cycles glaciaires et interglaciaires pour un hémisphère donné de notre planète. ( théorie validée sur l.000.000.000 d'années par l'analyse des couches glaciaires aux pôles et notamment par le forage Vostok en antarctique ).

Actuellement l'orbite de la terre est une ellipse presque circulaire et l'axe de rotation moyen, d'où des saisons moins marquées. Dans les grandes lignes on compte sur les cycles récents des périodes glaciaires tous les 100.000 ans entrecoupées cycliquement d'une période interglaciaire d'une durée de 10.000 ans environ.
Notre hémisphère étant en période interglaciaire (donc "chaude") depuis 12.000 ans, on serait donc déjà un peu en retard sur la prochaine période de petite glaciation !...

 VOIR GRAPHIQUES EN ANNEXE

____________________________________________________________________________________________________________________

II.  Les cycles courts          
     
Intensité du rayonnement solaire émis.

En fait ce n'est pas exactement l'intentensité du rayonnement solaire qui modifie directement la température sur Terre, mais la puissance des champs magnétiques variant avec cette activité qui modifie l'intensité des particules cosmiques à très haute énergie reçues.
Lorsque le champ magnétique solaire est faible, il laisse passer davantage de particules à hautes énergies venues de l'espace, et inversement.
C'est ce bombardement de particules cosmiques qui va influencer l'aldebo de notre enveloppe gazeuse (réflexion des nuages et aérosols créés par ionisation) et par voie de conséquence le climat planètaire.

L'activité solaire est plus ou moins forte suivant un cycle d' approximativement 11 ans. Ces variations sont connues depuis longtemps car en corrélation avec le nombre de taches solaires observables depuis la Terre. C'est un des éléments déterminant de notre climat.
Exemples d'observations:
- les 500 ans du petit âge glaciaire médiéval correspondent à une faible activité solaire.
- le réchauffement constaté dans la seconde moitié du XX° siècle (en partie responsable de ce qu'on appelle le réchauffement climatique) correspond à une activité solaire forte.
Sans doute pour la même raison, il y a 1.000 ans il faisait plus chaud qu'aujourd'hui, on cultivait la vigne en Angleterre et les colons vikings faisaient paître leur troupeaux au sud du Groenland. ( Groenland = Greenland = terre verdoyante )

Nous sommes en ce moment à la fin du cycle solaire n°24 qui s'annonce comme l'un des plus calmes depuis 100 ans.
On constate que la température de la Terre n'augmente plus depuis 15 ans malgré la suicidaire envolée de notre pollution, gaz carbonique inclus. Cette température aurait peut-être même baissée sans l'activité humaine.
Suivant certains calculs sur les taches solaires, les estimations pour le cycle 25 et les suivants vont plutôt vers le calme solaire et donc la fraîcheur sur Terre (sources NASA, NOAA..). Pas de quoi là non plus à réchauffer l'ambiance !  Si le gaz carbonique ne nous "sauve" pas, on risque fort de bientôt claquer des dents !....



Evolution des températures en Europe depuis la dernière ére glaciaire
( en orange au dessus de la normale, en jaune en dessous )

On peut voir sur ce graphique qu'il y a 11.000 ans, à la fin de la glaciation de Wurn, la température est de seulement 11°5.
Elle monte très rapidement en seulement 1.000 ans atteindre une température proche de "la normale" de 15°. ( Cette époque va correspondre au début de l'agriculture et l'élevage.)
La température reste stable pendant 1.000 ans et il y a 9.000 ans commence à osciller autour des 15°.
Cette légère variation de température de -9000 à -8000 va faire brutalement laisser place à un important réchauffement climatique pendant 2000 ans.
Ce réchauffement va lui-même s'effondrer il y a un peu plus de 6.000 ans.
Puis pendant 1.000 ans la température restera en dessous de la moyenne.

La température va ensuite pendant les 5000 dernières années et jusqu'à nos jours alterner régulièrement des périodes de réchauffement climatique toutes plus importantes que le réchauffement actuel.     (en orange sur le graphique)
 

Changements Climatiques des dernières 11.000 années

cliquer pour agrandir l'image

 

Voilà pour l'énergie reçue de notre étoile et l'on peut voir que d'une manière cyclique réglée comme horloge elle fait varier la température sur la planète.
Réchauffement et refroidissement du climat sont continus depuis la nuit des temps et ont commencé bien avant l'apparition de l'homme sur Terre.
Rien dans les deux premiers facteurs sur lesquels l'homme n'a aucune influence ne plaide pour un prochain réchauffement climatique bien au contraire.

Beaucoup de " spécialistes " semblent actuellement oublier dans leurs calculs le rôle essentiel des cycles de Milankovitch et des fluctuations de l'activité solaire, pour focaliser leur discours sur la seule chose qu'ils semblent avoir compris: " le gaz carbonique " !... Il est en effet plus simple de lever une nouvelle taxe automobile que de comprendre les chapitres de cette page.

 VOIR GRAPHIQUES EN ANNEXE

 

_____________________________________________________________________________________________________________________

 

Evolution climatique liée à la composition de l'atmosphère terrestre

La composition de l'atmosphère terrestre est principalement tributaire de l'activité volcanique, des océans et dans une mesure non quantifiable de l'activité des hommes.

            Effet de serre
             Les variations de la composition de l'atmosphère conditionnent les v
ariations de l'équilibre entre la quantité d'énergie solaire reçue au sol, celle renvoyée par rayonnement infrarouge dans l'espace et celle conservée dans l'enveloppe gazeuse. La terre ressemblerait à un désert lunaire sans son enveloppe gazeuse. On appelle "effet de serre", les variations thermiques naturelles de notre couche protectrice, l'atmosphère. Les périodes de réchauffement climatique et de refroidissement climatique alternent depuis la nuit des temps.

Pas question d'entrer dans les détails de notre atmosphère mais seulement de se focaliser sur ce qui fait varier la température au sol de la planète. A savoir le gros le matelas gazeux qui filtre les rayons du soleil pour approximativement en renvoyer 30% dans l'espace, 50% sur terre et en conserver 20%. Il permet également de conserver  95% des radiations infrarouges renvoyées du sol.

Seulement voilà ces beaux pourcentages ont un équilibre naturel aussi fragile que susceptible et complexe, baptisé "effet de serre". Il dépend de la nature et de la proportion des éléments qui composent notre enveloppe gazeuse, à savoir pour les principaux:

1)
  60% de vapeur d'eau et de nuages localisés entre le sol et 12.000 mètres d'altitude. Elle provient de l'évaporation des océans en fonction des variations de température et des courants marins. Sur sa couche supérieure, la couverture nuageuse (d'un blanc éblouissant vu d'avion) renvoie vers l'espace une partie de la lumière (albedo). Les couches inférieures retiennent la chaleur renvoyée par le sol (émissivité). Par contre si la couverture nuageuse devient trop épaisse trop longtemps, la température au sol diminue (of course). La vapeur d'eau est de loin le principal gaz à effet de serre.

2)   40% restants sont des gaz naturellement présents dans l'atmosphère. Certains d'entre eux ont un pouvoir de rétention de la chaleur important, tel le protoxyde d'azote, le méthane ou le gaz carbonique (26%). D'autres à l'inverse, comme les aérosols soufrés, ont un effet albédo et renvoient la chaleur vers l'espace.
Ces différents gaz proviennent dans la nature des volcans, de la respiration des êtres vivants (animaux, végétaux), des marécages, de la décomposition des végétaux, de la digestion des ruminants, des feux de forêts, etc... Cet ensemble s'autorégule naturellement, les océans et la végétation absorbent par exemple à eux seuls 60% du CO².
 


A gauche en jaune 50% des radiations solaires qui traversent notre atmosphère arrivent jusqu'à nous.  Le reste est soit absorbé soit renvoyé vers l'espace.  A droite en rouge la chaleur renvoyée sous forme de radiations infrarouges  par le sol vers l'atmosphère qui en conserve 95%.  Ces pourcentages dépendent de la composition gazeuse de l'atmosphère, certains gaz comme le méthane ou le gaz carbonique retiennent dans une certaine mesure mieux la chaleur que d'autres.  D'où leur dénomination médiatique de " gaz à effet de serre "


Cet équilibre gazeux ne maintient pas une température constante sur terre, elle varie continuellement en fonction de plusieurs facteurs:

  

Les facteurs importants de modification des gaz de l'atmosphère sont les volcans, les océans et depuis peu les homos sapiens.

1)   Les volcans.
 
Même en dehors des éruptions violentes, un grand nombre de volcans émet en permanence dans l'atmosphère des quantités plus ou moins importantes de gaz divers ( H²O, CO², SO², CO, H²S, H²..) qui participent dans une proportion importante à la composition chimique de l'atmosphère. et donc des variations de l'effet de serre.
Lors des éruptions importantes ce sont des millions de tonnes de poussières, particules soufrées, vapeur d'eau et aérosols divers qui sont propulsés dans la haute atmosphère. Ces particules constituent un écran au rayonnement solaire et sont à l'origine d'un refroidissement soudain de la surface du sol.
Cela peut aller d'un ciel voilé et d'une baisse de température variable en intensité et durée, ou comme il y a 200 millions d'années, jusqu'à balayer la moitié de la vie sur notre Terre soudainement plongée dans une froide nuit polaire de plusieurs siècles.  ( on obtient un résultat climatique similaire avec la chute d'une grosse météorite sur la tête des dinosaures ). Plus près de nous l'explosion du volcan Samalas dans l'île de Lombok en Indonésie en 1257 a marqué le départ du petit âge glaciaire du moyen-âge.

Ces grands refroidissements peuvent nous arriver brutalement à n'importe quel instant et durer toute une vie, alors messieurs les savants arrêtez de nous dire la température qu'il fera en l'an 2100 !....
Les volcans sont les premiers émetteurs de gaz à effet de serre.

 

2) Les océans

Les océans sont le point clef des climats du globe et jouent un rôle interactif fondamental avec l'atmosphère.
Ils représentent un réservoir de chaleur 1.000 fois plus important que l'atmosphère et son effet de serre.

A eux seuls ils occupent 70% de la surface de la planète et absorbent 80% de la chaleur dégagée dans l'atmosphère.
Le plancton (plus exactement le phytoplancton) présent à sa surface produit autant d'oxygène et absorbe autant de gaz carbonique que toutes les forêts et plantes terrestres.

Les océans sont reliés entre eux et parcourus par des courants qui font le tour du monde. Tel le système sanguin qui irrigue le corps humain, cet immense tapis roulant régule les échanges du milieu marin (la circulation thermohaline).
Tantôt chaud et en surface (en rouge), tantôt froid et en profondeur (en bleu), toute la vie marine et les climats dépendent de ces mécanismes et cycles encore mal connus (oscillation nord atlantique multi décennale, oscillation décennale du Pacifique, courant circumpolaire austral ou el Nino pour les plus connus). Le moindre changement de trajectoire de ces courants modifie le climat.

Un petit mot sur le Golf stream auquel nous sommes reconnaissant d'une douce température hivernale supérieure en moyenne de 15° à celle des rivages nord-américains. Paris est à la même latitude nord que Terre Neuve et pourtant les hivers ne se ressemblent pas du tout.
Un réchauffement du climat en Arctique entraînant une fonte importante de la calotte glaciaire  aurait pour conséquence de déverser des masses importantes d'eau douce froide et non salée dans l'Atlantique Nord. Ce nouvel apport d'eaux de densités et températures différentes ralentirait puis arrêterait le flux du Gulf strean vers nos côtes.

Cette modification suffirait à plonger l'Europe occidentale dans le froid glacial des hivers canadiens.
On parlerait alors paradoxalement de refroidissement climatique lié à l'augmentation des gaz à effet de serre ! (plus de détails).
Ce phénomène naturel s'est déjà produit pendant le réchauffement climatique qui a marqué la fin de la dernière glaciation il y a 12.000 ans.

Enfin par leur évaporation les océans sont responsables du principal gaz à effet de serre: la vapeur d'eau.
L'évaporation maximale se produit le long de l'équateur dans la zone de convergence intertropicale (pot au noir pour les marins). C'est autour de cet axe que vont ensuite, dans un formidable brassage thermique, se faire et se défaire les pressions et dépressions qui font chez nous la pluie et le beau temps.



courants marins

courants aériens

 

3)   Les homos sapiens. 

Pour son malheur, la Terre est actuellement habitée par une bizarrerie de l'évolution, un petit mammifère aussi cupide qu'en croissance démographique exponentielle, qui cause à la nature des dégâts considérables parmi lesquels on peut citer:  pillage des ressources et pollution des océans, destruction massive des forêts, de la faune, de la flore, épuisement des sols arables, pollution des nappes d'eaux potables, extraction jusqu'à épuisement des énergies fossiles dont les gaz de combustion sont rejetés massivement dans l'atmosphère, ( je fais grâce des émissions de méthane résultant de l'élevage industriel des bovins ou de l'extension des rizières, et des millions de tonnes de produits chimiques déversés, dans l'air et les rivières par l'agriculture et les usines, etc... etc...).

Parmi tous ces méfaits irréversibles, un seul semble malheureusement retenir l'attention des "spécialistes":
une augmentation de la température "due aux gaz carboniques". C'est un peu comme si pour mieux se voiler la face on ne se focalisait que sur l'arbre qui cache la forêt.
Toutefois vu la quantité de cochonneries que l'homme rejette dans l'atmosphère, au point de rendre par endroit l'air irrespirable , il serait stupide de nier que nous ne jouons aucun rôle dans la répartition des gaz à effet de serre de l'atmosphère.

Comme il est difficile, devant le nombre et la complexité des facteurs naturels cités plus haut, de faire la part de chacun dans la montée ou la descente cyclique de la température, nos savants, le nez plongé sur le mercure, se chamaillent pour mesurer la part de l'homme dans l'affaire.
Certains de leurs comptes faisant la moyenne de choux et de brouettes arriveraient à faire dire que le Sahara a un climat agréable de 20° toute l'année. ( 40° le jour et 0° la nuit = 20 de moyenne ! ).
Le réchauffement climatique est mesuré à l'aide de données compilées par des algorithmes mathématiques dignes du professeur Shadoko sur les mêmes ordinateurs que ceux qui ont tant de mal à prévoir de manière fiable, le temps qu'il fera après-demain !
Bien que les résultats ainsi obtenus soient aussi fiables et sujets à caution que ceux des prévisions météo, chacun y va de sa conclusion et sa surenchère.

Pour rajouter à la confusion, les médias de tout poil font régulièrement chauffer leur audimat rémunérateur à coup d'images de catastrophes diverses passées en boucle. Incendies, cyclones, coulées de boues, éffritement de falaise, avalanches, naufrage ou coup de vent. Quelque soit la calamité naturelle il n'existe qu'un seul coupable: le sacro-saint réchauffement climatique et son gaz carbonique. A les entendre on pourrait même croire qu'avant la température de la  terre était fixe, que les déserts, les glaciers ou les océans occupaient toujours la même place.
Avec la plus mauvaise foi, des pseudo-scientifiques, politiciens, écolos de salon et spécialistes de rien viennent réciter à longueur d'antenne sur les plateaux de télé la parole d'évangile: "c'est la faute du gaz carbonique", en espérant qu'à force de marteler ce Credo il reste gravé dans le crâne de chaque citoyen.
De quoi réellement irriter le moindre cerveau cartésien qui passe pour le coup pour un dangereux hérétique ou "climato septique" dans leur langage.

Juste un exemple pour illustrer la mode actuelle:
Un très gros orage d'été éclate, rien de plus banal sauf que manque de bol il tombe sur une ville très peuplée, hyper bétonnée et entourée de collines, elles aussi bétonnées. Comme l'eau n'a plus de place pour pénétrer dans le sol et s'écouler naturellement, elle se fraye avec fracas un chemin à travers les seuls endroits où elle peut encore aller. Généralement des rues en pentes qui débouchent sur des cuvettes urbanisées, de préférence construites sur d'anciens lits de rivières. Evidemment cela fait des dégâts et des images émouvantes que l'on met sur le compte du "réchauffement" en oubliant totalement la simple logique des lois de la physique et de la gravité.
"Il faut s'y faire braves gens, nous aurons de plus en plus de catastrophes à cause du réchauffement" disent-ils. Forcément puisque nous aurons de plus en plus de béton et de surpopulation !

Le leitmotiv de la montée du niveau de la mer uniquement lié au "réchauffement climatique" est un autre exemple.
Personne ne parle de la destruction des mangroves, des zones marécageuses côtières disparues, des rivages libres où l'océan faisait et défaisait naturellement le paysage au fil des ans. Aujourd'hui, l'homme habite en masse sur ces côtes que sagement auparavant il délaissait. Là aussi on a remplacé les équilibres naturels du littoral par des murs de béton à perte de vue. Comme l'eau de pluie, la mer suit les règles de la physique et au fil des marées et du vent elle modèle les rares endroits où l'homme lui en laisse encore la possibilité. Inutile donc de pleurer sur le "réchauffement climatique" chaque fois qu'un bout de falaise ou de plage est emporté par les vagues.
Depuis la nuit des temps la mer façonne, fait et défait les rivages naturels que l'homme aujourd'hui a bétonné prétendant les rendre immuables comme s'il en était le propriétaire.

On constate actuellement une diminution certaine des glaces en Arctique, qui si cela continue retrouvera bientôt les températures qu'il connaissait il y a mille ans... au temps où les Vikings faisaient paître leurs troupeaux au Groenland !..
C'était lors d'un précédent réchauffement climatique !  (optimum climatique médiéval)

Le bon peuple s'apitoie devant les glaçons qui fondent pendant que les grands trusts financiers et les gouvernements se frottent les mains de l'aubaine. Nouvelles routes maritimes, nouveaux gisements pétroliers, gazeux ou minéraux exploitables. Sans attendre le dégel c'est une véritable course à qui plantera son drapeau sur d'immenses étendues blanches qui jusqu'alors n'intéressaient que les ours blancs. Il m'étonnerait beaucoup par exemple que la Cop interdise sur le nouveau littoral russe, canadien, danois ou d'Alaska, l'exploitation du gaz de schiste dont le rejet de méthane est pourtant 20 fois plus dangereux pour le climat que le gaz carbonique.
Le danger réel du dégel du permafrost ne pèse pas lourd face aux immenses opportunités financières offerte par la fonte des glaces.
 

Au fait saviez-vous que :
- 90 entreprises dans le monde sont responsables à elles seules des 2/3 des émissions de gaz à effet de serre d'origine humaine ?
 (voir répartition)
- 10% des terriens les plus riches émettent à eux seuls la moitié des rejets de gaz carboniques de la planète ?
- Le nombre de milliardaires ayant des intêrets dans l'exploitation des carburants fossiles a augmenté de 60% ces 5 dernières années ?

 

 ____________________________________________________________________________________________________________________

Conclusion

Comme on vient de le voir les causes des variarions de température sur Terre sont multiples et réchauffements ou refoidissements climatiques alternent depuis des centaines de millions d'années.
Il n'a jamais existé de température "normale" fixe et gravée dans le marbre. la température "moyenne" a toujours joué au yoyo, soit de manière cyclique (époques glacaires et interglacaires), soit de manière accidentelle et brutale (explosion volcanique ou chutte de météorite).

Notre époque n'est pas différente des autres et la température "normale" ou "moyenne" continue d'évoluer. Acuellement c'est en hausse comparativement au petit âge glaciaire médiéval qui s'est achevé il y a 150 ans.

Sans doute participons nous aujourd'hui nous aussi par notre activité, dans une proportion difficile  à évaluer, à l'évolution de la température.
Mais il me semble que le pire est ailleurs.

Aujourd'hui la machine à détruire notre bonne vieille planète s'est emballée. Plus rien ne freine notre frénésie du profit immédiat. On ne parle que de croissance du PIB, de relance de la consommation, de compétitivité mondialisée et développement industriel toujours plus glorieux.

Toujours plus de tout, tout de suite, pour une population terrienne qui
a augmenté de 75% en seulement 40 ans.   ( nous étions 2,3 milliards sur terre à ma naissance, aujourd'hui nous dépassons les 7,6 milliards, soit plus du triple le temps d'une vie !...)

Au regard des dégâts écologiques actuels on peut tristement prédire que le réchauffement climatique n'est pas le plus grave méfait,.
Que dans l'avenir nos enfants souffrent du chaud ou de froid cela ne fera pas grande différence, car ils habiteront une planète que nous aurons rendu déserte et stérile après en avoir éliminé les autres formes de vie naturelle, et qu'ils suffoqueront dans un air pollué que nous aurons rendu irrespirable.

Nous n'avons pas inventé le réchauffement climatique ni même l'emballement de l'effet de serre, mais nous aurons réussi en peu de temps l'extinction massive du vivant, la destruction de l'air respirable et de l'eau potable.

 



Fleuron de la croissance du PIB, grâce à la compétitivité de ses entreprises et au dynamisme de son développement industriel, la Chine a su se tailler une place enviable et de premier plan dans le monde. Un exemple à suivre pour tous les grand pays émergents et durablement en voie de développement. Difficile de demander aux nouveaux pays de ne pas commencer à polluer sous prétexte que nous l'avons fait pendant 150 ans.


Bien qu'en surpopulation
les habitants des grandes villes
ont su trouver un moyen efficace pour lutter quotidiennement contre la pollution,
en plaçant un chiffon devant leur bouche.
Et une bonne nouvelle de plus contre le réchauffement, là où le soleil ne peut plus percer à travers les brumes de pollution,
la température au sol commence à baisser.


 Pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique nos savants du monde entier se mobilisent et trouvent des solutions efficaces qui limitent le rejet de gaz à effet de serre.
Ici un réservoir à méthane est directement relié au ventre de la vache, et évite le rejet de 500 litres/jour par animal de méthane
 et 750 litres de gaz carbonique

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________

  Henry Coulondou - juin 2013

 merci d'envoyer vos commentaires à l'adresse mail: coulondou@aliceadsl.fr 

_____________________________________________________________________________________________________________________________

.Sites de référence recommandés:

Notre Planète.info
Les causes des variations climatiques naturelles de la Terre

Cycles de Milankovitch
Présentation de la théorie de Milankovitch

L' effet de serre
Présentation du mécanisme de l'effet de serre sur Wikipedia

Variation Climatique
Les variations de température au cours des millénaires

Activité Solaire et Climat
Le soleil principale source d'énergie sur Terre

Site de Planète Terre
Variations Climatiques Glaciaires-Interglaciaires

Système et facteurs climatiques
Site officiel du Centre National de la Recherche Scientifique

Théorie astronomique des Paléoclimats
Présentation de la théorie sur Wikipedia

Les vrais responsables du réchauffement climatique
Les principales entreprises responsables des gaz à effet de serre

Petite histoire des carottes de Vostok
Le CO² est-il une cause ou un conséquence des différents réchauffements climatiques

La Terre du Futur
Etude des taches solaires - Prévision d'activité pour le prochain cycle - D. Hathaway ( NASA )
(en anglais)

Le climat de la Terre   ( CNRS )
explication pédagogique animée des différentes composantes du climat

Institut de responsabilité climatique

Vers un âge glaciaire en Europe ?
Conséquences d'un ralentissement du Gulf Stream sur le climat de l'Europe occidentale.

Fonte antarctique
La fonte de l'antartique fait moins monter les eaux que prévu

Inégalités dans l'émission de CO²
Etude de la répartition des émissions de CO² par types de population

 

 

____________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

du même auteur
Bienvenue à Thézan des Corbières
1907 - La Révolte des Vignerons
         Charles Martel et la Bataille de la Berre 
les Moulins de la Corbière
 le petit train des Corbieres
Histoire du Château de Monséret
le petit âne Nestor sur le chemin de Compostelle
Traditions des îles de l' Indonésie

______________________________________

  

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________