Les îles d' Indonésie

  Traditions et Légendes

les membres de l' équipe

liens utiles

BALI

BORNÉO

SUMATRA

SULAWESI

 IRAN JAYA

 JAVA

                 
                     C'est le pays des Dayaks  

 L'île est grande comme deux fois la France,mais moins peupée que la Corrèze.  Il y a quelques décénies on y vivait encore à l'âge du bronze.
 C'est la seule grande île sans volcan actif ->. Mais si pas de volcan -> pas de cendre -> pas de cendre -> pas de terre riche -> pas de terre riche
-> pas de paysan - > etc..

... jusqu'au jour où les technocrates déportèrent ici en masse les paysans
des terres riches de Java, pour venir cultiver un sol improductif, dans un pays qui n'était pas le leur.

  .... On connaît la suite....  .

 
BORNEO est actuellement divisée, en plusieurs régions :
KALIMANTAN coté Indonésie,  BRUNEI coté sultans et milliardaires
,
et en jaune sur la carte, les anciens royaumes des Rajahs blancs, SABAH et SARAWAK     

Incendie de Borneo

 


 
Ecologiquement parlant, c'est encore plus simple.

 
 Dans les années '80, Bornéo fournissait 80% de l'industrie du bois dans le monde.
Aujourd'hui on en est réduit à transformer en copeaux les dernier palétuviers qui retenaient encore la terre arable.
  L 'Indonésie est le premier exportateur mondial de contre-plaqué, les USA en étant le premier producteur. En plus d'importantes concessions d' exploitations forestières,
 les Etats Unis et le Japon possèdent ici ( et à Sumatra ou Irian Jaya ou ailleurs ),
de juteuses exploitations de minerais.
  C'est ainsi que pour être plus rentable plus vite, on défriche et on fait brûler les derniers bosquets de la foret de Bornéo
.
  Il y a deux ans, on pouvait voir de l'espace, brûler pendant des mois,
la plus grande pharmacie naturelle de notre planète Terre.
 

 

Si l'on excepte au Nord le légendaire KINABALU, qui tel un Kilimandjaro sans neige, pointe son sommet au dessus de feu la grande forêt, le reste de l'île n'est que vallonnement montagneux et plaines de delta, parcouru de rivières et fleuves (parfois 1000 Kms de long ), qui sont les seules voies de troc, autour desquelles s'est organisée la vie.

n

 
 

  Le Dayak est à Bornéo, ce que la crampous dour est à la Bretagne. 

  Ici, si tu veux être un homme, mon fils, tu ne reviendras au village de tes ancêtres, qu' avec une tête fraîchement coupée. 

  Plus la tête est grosse, plus elle porte bonheur dans la maison, et protège toute la famille des maladies

Crane Dayak


Ces grosses têtes sont les invités
d' honneur de toutes les fêtes du village, mariages et enterrements inclus.

 Au repos, elles passent une retraite heureuse, choyées et suspendues dans un panier, à l'intérieur de la maison.

 Mais même chez les morts,
le pouvoir magique s'estompe,
et rapidement il faut repartir chasser
une nouvelle tête fraîche
 

 

Voilà pourquoi chez les Dayaks, la chasse aux grosses têtes,
est ouverte toute l'année, et oblige les  jeunes a aller se fournir
chez le voisin du village d' à coté.

Mais vu que dans le village d'à coté, la tradition est identique,
imaginez  l' ambiance des bals champêtres  du samedi soir...
 

 

 


Dans le bentang ( longhouse ) on vit en communauté, à plus de 100 dans une longue bâtisse sur pilotis, où chaque famille a son espace.

 Le chef habite au centre du betang.

  La femme occupe ici un rang important,
mais n'est pas chassée pour sa tête.

 Les Dayaks prétendent d'ailleurs que les femmes n'ont pas de cervelle...  
 


R
ien ne peut troubler un Dayak, sauf de se voir offrir un siège.
C'est la pire insulte, que même une femme ou un vieillard ne peut  supporter.
 

Pour connaître le goût de la Mort Subite, inutile d'ouvrir une bière Belge,
dites seulement à un Dayak: "...asseyez-vous je vous en prie "...

 

Mais ce guerrier très délicat,  est également plus coquet qu'une vraie jeune fille.

Il aime bien se farder le zizi et le bout des seins, pendant que madame fume le cigare enveloppé dans une peau de banane.

Toujours dans la dentelle rose, sachez qu'il existe un rapport étroit entre la richesse du tatouage, et le nombre de têtes réduites.


Il n'y a pas que les Dayaks, dans les montagnes de l'intérieur, on y trouve aussi des pygmées, des négroïdes  , et aussi des Penans, des Ibans spécialisés depuis Magellan dans le piratage maritime et autre prise d'otage
 (on en parle encore parfois aujourd'hui dans le poste de la RTF ).

 Coté malais, je vous conseille fortement les Semangs spécialisés dans les sarbacanes et autres flèches empoisonnés.

 Chez les Semangs on rend son dernier soupir par le gros orteil.
 Si l'esprit restait dans la tête, il aurait toutes les chances de se faire dévorer,
par les fourmis ( Mambala ?), friandes d'yeux et de cervelle.

 Le mort est ficelé, rasé et peint en zèbre rouge et gris.
Puis, pour le prix d'un poulet, les pleureuses viendront verser des larmes de crocodile sur le ficelé bariolé.
( en fait la grosseur et la sincérité des larmes dépend de la taille du poulet ).


 


 
A l'image des groupes folkloriques de nos régions du monde moderne, tout ce petit monde est resté très attaché à toutes les traditions du terroir.

  Ne vous y tromper pas, même si parfois la transition fut pour beaucoup très rapide dans le temps, ces peuples ont un grand pouvoir d'adaptation, et sont doués d'une intelligence remarquable.
 
Capable d'apprendre nos langues en quelques mois, beaucoup de ceux qui sont "montés en ville", sont aujourd'hui, ingénieurs informaticiens, ou médecins à la pointe du progrès.

   Lorsque le Sultan,
 fier de son immense richesse,
 se fit annoncer à l' Élysée,
dans les années   '60,
 le grand Charles se contenta de bougonner :
"..encore un roi nègre qui vient chercher des sous..."


 
Dans la foulée,
et regagnant furieux ses pénates,
Sa Majesté refusa de présenter son billet d'accès au préposé d' Orly :

" Je suis le Sultan de Brunei "...
 "et moi la reine d' Angleterre,
votre billet s 'il vous plaît ..",
 répondit le préposé que j'ai bien connu.

Ces deux anecdotes mirent fin pour plusieurs décennies, aux relations officielles entre nos deux grands pays. 
 

   Et puis il faut parler de Brunei,
qui donna son nom à l' île de Bornéo.

Ici on est Sultan de père en fils,
sans discontinuité, depuis le XIII° siècle.

  Il  m'est arrivé d'avoir en stage des étudiants de ce riche pays.
 

  Pour cette jeunesse doré,
il existe un certain snobisme à rester étudiant jusqu'à la retraite.

Ils se baladent en jet, de la vieille Europe aux universités américaines, sans jamais avoir besoin d'entrer dans la vie active pour gagner leur vie.

  Ici, ce sont les étrangers
qui travaillent.


 
Les autochtones peuvent vivre de leurs dividendes, du premier biberon jusqu'au dernier Coran.

C' est l'un des 2 ou 3 pays,
parmi les plus riches du monde,
et l'or du pétrole coule à  flot  sur les mosquées

NIAMOUK DU SARAWAK

... et puis, il y a le niamouk....
  Terrible, parmi les plus terribles des animaux féroces de la jungle impitoyable,
 celui dont le nom seul, fait fuir les plus intrépides,
je veux parler et vous l'avez compris, du très célèbre 
Niamouk du Sarawak.
 
 Même les Japonais, pourtant un peu Kamikaze sur les bords, renoncèrent pendant la guerre du Pacifique à pénétrer plus en avant dans BORNEO.
Prétextant la malaria, les jaunes ( et les moins jaunes ), se faisaient porter pale.

  Quelques années plus tard, le dictateur fondateur de  " l'unité Indonésienne ", du à son tour, face au Niamouk,
         renoncer à annexer cette partie de l'île de BORNEO.
                                                                                
  
D' autres îles, comme TIMOR ou IRIAN JAYA, n'avaient pas la chance d' être protégées par le Niamouk.  
       Elles furent envahies par le dictateur javanais.

 
 Tous les peuples qui vivent près de la nature sont fondamentalement animistes.
      Mais il n'y a que dans l'île de BORNEO, que le Niamouk ( un moustique chez nous ),est un esprit vénéré,
      dans lequel il est bon de se réincarner.  

 

Coté météo, c'est simple :
27 à 30° toute l'année, jour et nuit.
2 saisons peu marquées : la grande saison des grandes pluies
toute l'année sauf la petite saison des petites pluies en été.
Quand il ne pleut pas, l' humidité est de 100%
et les Niamouks sont super contents.

 

Les îles d' Indonésie

  Traditions et Légendes

les membres de l' équipe

liens utiles


BALI

BORNÉO

SUMATRA

SULAWESI

 IRAN JAYA

 JAVA

RETOUR AU MENU PRINCIPAL 

    
img2.gif   Merci de voter pour ce site

  textes photos et réalisation: Henry Coulondou - copyright all rights reserved

 du même auteur
Bienvenue à Thézan des Corbières
1907 - La Révolte des Vignerons
         Charles Martel et la Bataille de la Berre 
les Moulins de la Corbière
 le petit train des Corbieres
Histoire du Château de Monséret
le petit âne Nestor sur le chemin de Compostelle
Traditions des îles de l' Indonésie


 

 

 

 

__________________________________________________________________________________________________________________

Référencement Professionnel
Google maps
Annuaire
blog
Consultant referencement

 Referencement