Les îles d' Indonésie

  Traditions et Légendes

les membres de l' équipe

liens utiles

BALI

BORNÉO

SUMATRA

SULAWESI

 IRAN JAYA

 JAVA

 

 

Petite balinaise

 

    

Le jardin des Immortels ... et des touristes

  

 

 

 Les premiers marins, qui accostèrent dans l' île, refusaient de remonter
à bord de leurs navires, pour reprendre la mer et revoir leur pays.

Déjà au VI° siècle, le célèbre moine chinois Po'li (très),
décrivait cette île
comme le paradis tropical sur terre.


 Aujourd'hui encore la magie est totale, et la fascination étrange de l'harmonie entre un peuple et son île,
reste miraculeuse dans notre contexte moderne.

                                         (  moi je trouve que tu causes bien mon riri )

C'est la destination de rêve, où tout est facile pour le touriste. 
 Mais malgré tout, et comme dit toujours le beau riri :

Le soir à Kuta

     Il ne faut pas être hypocrite...

ce n'est pas parce que c'est facile que c'est désagréable.

Nana et Riri au Borobudur

Prahu dans la baie de Sanur

Je n'ai rien à dire...

Coucher de soleil à Kuta

Cliquer ici pour plus de rêves ...

Prau sur la plage de Padang Bai

Mais revenons à nos moutons...


pour en savoir plus ->cliquer sur le volcan

......Donc au centre de l'univers
il y a le volcan Agung, résidence des Dieux.

Tous les temples, tous les villages, toute la vie
et les forces spirituelles balinaises
sont orientés en fonction du volcan.

Même dans les maisons, seuls les WC sont tournés vers la mer.

 contre jour à Bali

  au pied du volcan, est le Jardin des Immortels,
où l'eau des rizières rejoint le ciel pour rythmer la vie des paysans balinais
au fil des moissons
 
( ça,  c'est bien  dit, mon Riri ) 

 récolte du riz

 

hameau près d' Ubud

A Bali, l'homme et la culture du paddy (le riz), ne font qu'un.
Si les rizières de Bali  ( sawah ) sont si belles, et donnent jusqu'à trois récoltes par an, c'est bien sûr grâce à l'eau abondante, à la cendre des volcans, et à Bhatari Sri, la déesse du paddy

 
Mais c'est aussi depuis plus de mille ans, grâce au subak, sorte de système coopératif d'une rare efficacité.
 
Dans cette organisation collectiviste réussie, tout le monde participe à la construction ou l'entretien des barrages, des tunnels, digues, aqueducs, écluses, canaux, etc.. qui font que chaque parcelle est irriguée, et qu'à Bali aucune goutte d'eau n'est jamais perdue
C'est aussi le subak qui synchronise les semailles, repiquages, moissons, et bien sûr les fêtes.
Chacun reçoit à la moisson, le fruit de ses efforts, en fonction de l'étendue de sa parcelle propre, et de son travail.  Personne n'est laissé pour compte, et chacun mange à sa faim.
                        .....et cela dure depuis plus de mille ans.....
                                                            
( ça c'est bien dit, mon coco )

On se lève tôt à Bali, un peu avant mata hari, c'est à dire vers 5 heures du matin...
 Un bon mandi  (bain ), dans la rivière pour se réveiller et ramener l'eau pour la cuisine.
Quelques offrandes et fleurs pour la divinité du foyer, puis madame part au marché avec fruits
et légumes du jardin, avant de rejoindre monsieur et ses canards dans la rizière.

 

intérieur d'une maison balinaise

A midi on casse la croûte ( makan ) avec suivant les jours, bebek ( c'est le canard ), ayam ( poulet rachitique ) ,
ikan ( poisson plus ou moins déséché suivant arrivage ), et bien sûr du nasi ( c'est du riz ).  Ensuite on a sieste, petits travaux pratiques, avant de retourner aux champs  jusqu' au Mata Hari couchant ( vers  6 heures ). Puis re-mandi, re-makan, et causette à la fraîche ou petite danse.     
                                                                        
 ...et voilà...    selamat malam, sampaï besok pagi  every body

 

Si le sens de la collectivité est ici de mille ans antérieur au communisme moderne,
celui de la vie privée de chacun est une priorité plus importante encore. 
......
Chaque foyer possède son banjar ( son foyer, sa maison, ker en breton ). En un mot, son petit chez soi.

balé balinais

Ici le domaine est privé, entouré de murs, et la porte d'entrée à chicane, est plus qu'étroite.

 Même le chef du village ( le klian banjar ), ne peut y pénétrer que s'il y est formellement invité dans les règles....
et encore...

 Le balinais, comme la plupart des proto-maltais, est à l'image de son banjar.
Il dit oui à tout, mais dans son fort intérieur,
l'agitation du monde extérieur glisse sur lui,
comme la pluie sur une feuille de bananier.

A l'abri des murs extérieurs, on trouve toujours la grange à riz, un hotel fleuri pour la divinité du lieu, une porcherie et des chiottes coté mer, un potager, un inventaire à la Prévert, une cuisine enfumée au sud, des poules partout,
et au centre sous les arbres d' hibiscus, les balés, sortes de préaux surélevés, avec parfois une cloison pour la chambre.
                     ( pour ceux qui se sont endormis le balé correspondrait chez nous à une maison d'habitation )

à suivre...

Coté météo, c'est simple :
Température minimum  26°
Température maximum 27°   toute l'année
.
La grande saison des petites pluies va de Novembre à Mars.
La saison moins mouillée de Mai à Octobre, 
sauf si El Nino en décide autrement.

Carte de BALI
 cliquer sur la carte pour plus d'informations

 

BALI

BORNÉO

SUMATRA

SULAWESI

 IRAN JAYA

 JAVA

 

RETOUR AU MENU PRINCIPAL

     img2.gif   Merci de voter pour ce site

  textes photos et réalisation: Henry Coulondou - copyright all rights reserved

 du même auteur
Bienvenue à Thézan des Corbières
1907 - La Révolte des Vignerons
         Charles Martel et la Bataille de la Berre 
les Moulins de la Corbière
 le petit train des Corbieres
Histoire du Château de Monséret
le petit âne Nestor sur le chemin de Compostelle
Traditions des îles de l' Indonésie


 

 

 

 

__________________________________________________________________________________________________________________

Référencement Professionnel
Google maps
Annuaire
blog
Consultant referencement

 Référencement google
 </font>

 Referencement